Conseils pour voyager avec des non-photographes

Le photographe Peter Turnley a été un peu partout. Photojournaliste de renommée internationale, il a couvert les principaux événements mondiaux du milieu des années 1980 au début des années 2000. Au cours de ce processus, il s'est retrouvé plongé dans la guerre et confronté de près à la souffrance humaine. Mais il a continué à revenir à un endroit comme refuge: Paris:

«Paris m'a offert un équilibre incroyable. Quand je suis à Paris, je me rappelle constamment à quel point la vie peut être belle, merveilleuse et poétique. J’ai toujours pensé que si j’avais la moindre raison d’utiliser une caméra pour crier ce qui ne va pas dans le monde, c’est parce que j’ai la conviction profonde que la vie peut être merveilleuse. "

Voici quelques-unes des photos présentées dans le nouveau livre de Turnley "French Kiss - Une lettre d’amour à Paris".

Définir les attentes

C'est le plus gros. C’est la mère de tous les moyens pour faire de tout voyage un succès, qu’il soit photographique ou non. Définir les attentes signifie d’abord être honnête avec vous-même sur ce que vous voulez sortir du voyage. Essayez cet exercice:

Avant votre prochain voyage et surtout pendant les étapes de planification, sortez un morceau de papier et énumérez ce qui est important pour vous de voir et de vivre, à la fois comme photographe et comme touriste.

C’est peut-être une chose facile à énumérer, comme voir la Tour Eiffel au coucher du soleil ou moins intuitive, comme la capture de couleurs contrastées. Réalisez que vous ne saurez pas tout ce que vous voulez photographier avant de partir et que c'est la joie de voyager: découvrir de nouvelles choses. Mais pour tous les intérêts connus que vous avez, les énumérer. Peut-être même surlignez les éléments avec un "P" qu'il est le plus important pour vous de photographier.

Demandez à votre compagnon de voyage de faire de même, sans avoir à marquer les éléments P. Le ciel est la limite dans cette étape. Vous devriez lister les choses même si vous pensez qu'elles ne seront pas possibles. Si vous avez des enfants, c’est aussi un moyen amusant pour eux de se sentir plus impliqués et, en fonction de leur âge, d’apprendre à faire des recherches sur un domaine afin de trouver ce qu’ils voudraient vivre.

Il est maintenant temps d'avoir une réunion des esprits. Le compromis devrait être le thème de la réunion pour voir comment tous les désirs peuvent être satisfaits. Vous ne pourrez peut-être pas planifier tout ce que vous voulez filmer pendant le voyage, mais ce n'est pas l'objectif, vraiment.

Le but est de faire savoir aux autres ce qui est important pour vous et les domaines dans lesquels vous pouvez rester plus longtemps que prévu. C'est une situation de concessions mutuelles, alors soyez ouvert à ce que les autres personnes ont intérêt à voir et s'il existe des moyens d'autoriser la création de plusieurs éléments à la fois.

"Vous voulez aller au musée mais cela ne permet pas les caméras. Je veux tourner les marchés de produits qui vous ennuient. Pourquoi ne voyons-nous pas si nous pouvons les faire en même temps et nous revoir à nouveau deux heures plus tard?"

J'ai voyagé avec et sans susciter des attentes et des désirs et je peux dire que la vie est meilleure quand les attentes sont exprimées. Il y a des avantages que vous ne verrez peut-être pas tout de suite, comme le fait que votre épouse se souvienne que vous souhaitez obtenir des photos de différents styles de croix catholiques et qu'il en souligne plusieurs que vous auriez manqués autrement. Si le désir de ce sujet n'avait jamais été discuté, des opportunités auraient été manquées.

Trouver seul le temps

Je ne pense même pas avoir besoin de mentionner celui-ci à ceux qui ont déjà fait un tel voyage. Trouver du temps pour être seul peut être essentiel pour votre plaisir de prendre des photos lors de tout voyage, mais cela peut ne pas être évident pour le non-photographe. Peut-être ont-ils autre chose en tête pour le voyage, comme passer chaque minute de veille ensemble.

Assurez-vous que vous avez du temps prévu pour vous-même ou un moyen de le discuter. Ne laissez pas cela aller au point «donnez-moi un peu d’espace!», Car vous ne vous sentirez plus inspiré pour prendre des photos.

Trouver du temps seul, pour moi personnellement, est vital. Je veux de l’espace pour respirer dans un nouvel endroit et pour explorer par moi-même, errant parfois sans but. C'est plus facile à faire seul le plus souvent. Je planifie aussi le temps seul quand je sais qu'il y a une photo en particulier que je veux qui impliquera une heure d'attente.

Terrain d'essai

Trouvez un parc dans votre quartier, de préférence à distance de marche ou à quelques minutes en voiture. Faites-en votre terrain d'essai pour votre équipement et vos routines de photographie.

Tout parc urbain contient tous les éléments essentiels de la photographie de voyage: paysages, paysages urbains, habitants, etc.

Planifiez vos visites à différents moments de la journée. Apprenez à faire face à la lumière dure de midi, au ciel couvert, à la pluie, aux couchers de soleil et aux levers de soleil. Ce faisant, vous déterminerez l'équipement minimum nécessaire pour couvrir différents scénarios de photographie de voyage.

Par exemple, j'ai très tôt compris qu'une approche minimaliste de la photographie me convenait le mieux et que tout ce dont j'avais besoin, c'était d'un appareil photo muni d'un objectif de vision panoramique. Pendant des années, j'ai utilisé une combinaison de Canon 60D + Sigma 17-70mm et maintenant, je dispose d'une configuration similaire à celle d'un Sony a6000 + Sony 16-70mm.

Certes, je dispose d’autres équipements, dont un objectif grand angle (Sony 10-18mm), un trépied, des filtres et des déclencheurs à distance. Mais, si nécessaire, je peux faire un long voyage sans emporter qu'un appareil photo et un objectif.

J'ai la chance d'avoir un beau parc à une courte distance à pied de chez moi. Même maintenant, quand j'ai un nouvel équipement, je le teste toujours là-bas. Lorsque je suis passé d'un Canon à un Sony, l'apprentissage a été très difficile et le parc local était l'endroit idéal pour apprendre et tester mon nouvel équipement.

Le parc René Lévesque à Montréal est mon terrain d'essai

Photographie itinérante

Conseils sur comment préparer votre sac photo lorsque vous voyagez

L'été est déjà proche. Déjà maintenant vous devez penser où aller en vacances pour un voyage photo. Nous souhaitons partager quelques conseils de photographes exceptionnels: comment emballer votre appareil photo pour le voyage, quel équipement emporter avec vous, pour tirer le maximum de votre voyage, et pour ne pas traîner beaucoup d’équipement lourd.

Assurez-vous de garder toutes vos affaires organisées et bien emballées, mais avec un accès facile.

Image par Ingus Kruklitis. Engrenage: Canon 5D Mark III et télécommande à minuterie fixe et trépied en fibre de carbone voyageur Sirui T-024X. Réglages: Longueur focale 105mm, exposition 1/30 sec, f4.0, ISO 200.

Quelle est l’histoire derrière cette photo?

Cette photo a été prise aux Maldives au cours d'un coucher de soleil épique qui n'a duré que dix à quinze minutes. C'était ma lune de miel. Une fois que nous avons pris le bon moment, je devais installer assez rapidement et faire des échantillons de photos avant que le vrai tournage ne commence. Nous utilisions une minuterie portable, connectée à la caméra et activée par la télécommande. Si vous regardez attentivement, vous remarquerez qu’une de mes mains est en quelque sorte cachée, car je devais tenir la télécommande. À la fin, nous avons fait des photos uniques et de bons souvenirs.

Que contient votre sac de voyage pour appareil photo?

Étant donné que je voyage beaucoup et que je suis toujours en mouvement, je n’aime pas emporter avec moi beaucoup de matériel photographique. J’ai essayé différentes variantes de Canon et Nikon et j’ai fini avec les objectifs Canon 5D Mark III et 24-105 mm. Appareil photo très puissant et objectif parfait pour les prises de vue rapprochées avec quelques options de zoom pour plus de détails.

En dehors de cela, j'ai toujours ma caméra d'action GoPro 5 Black, qui tourne également au format RAW pour les conditions extrêmes ou sous l'eau, le drone DJI Mavic Pro pour les prises de vue aériennes et un trépied en fibre de carbone léger Sirui T-024X Traveler pour une nuit statique Photos. C'était en fait le trépied le plus léger que j'ai pu trouver.

Mis à part le matériel photographique, je ne pars nulle part avant d’avoir mon iPad mini (toujours de la première génération, mais j’adore ça), et mon casque sans fil Bose QC35. Je prévois de me procurer une petite planche de skate, celle qui tient dans votre sac à dos, et de l’utiliser pour un transport plus rapide dans les aéroports ou dans la rue. Dans certains endroits, cela aide beaucoup. De plus, j’essaie toujours d’avoir des barres de protéines de chocolat au substitut de repas au cas où je serais trop loin de tout restaurant ou tout simplement trop occupé pour eux.

Astuce Pro

Assurez-vous de garder toutes vos affaires organisées et bien emballées, mais avec un accès facile. Peu importe l'appareil photo que vous utilisez et le nombre d'objectifs que vous apportez. Vous êtes constamment en déplacement, en passant par les contrôles de sécurité dans les aéroports, où vous devez retirer la plupart des éléments, puis les remettre à nouveau. L'ordre va un long chemin. J'avais beaucoup de problèmes avec ça, surtout quand je me suis acheté un drone. La meilleure solution pour moi était un sac à dos Lowepro Whistler BP 350, très durable et confortable. Il y a aussi beaucoup de place pour l'équipement technique.

Image par Ingus Kruklitis

Avant de vous rendre à une destination spécifique, assurez-vous de l'explorer plus en détail. Essayez de rechercher des endroits similaires sur Shutterstock et sur d’autres sites. Découvrez quels endroits sont beaux et ce qui pourrait paraître mieux. Si vous avez de la chance, trouvez quelque chose qui manque toujours. En d'autres termes, faites vos devoirs. N'ayez pas peur des endroits populaires. Essayez de trouver un angle ou des conditions d’éclairage intéressants. Joue avec la composition.

Où trouvez-vous l'inspiration pour votre photographie?

Avant chaque voyage, je passe en revue les photos existantes des lieux que je vais visiter pour voir les meilleurs clichés ou photos que je pourrais améliorer. Je suis également des blogueurs et des groupes sur Instagram et Facebook. Vous pouvez y chercher une inspiration infinie.

Dans le cas de prises de vues aériennes, je m'assure toujours de parler au pilote quelques jours avant le vol afin qu'il puisse planifier le vol en conséquence.

Image de Richard Cavalleri. Réducteur: Nikon D800 avec objectif 24-70 mm f / 2,8, trépied RRS et filtre 0,6 degré LEE. Réglages: Longueur focale 60mm, exposition 1/60 sec, f11, ISO 200.

Quelle est l’histoire derrière cette photo?

C'est le parc national du Mont-Tremblant au Québec, un de mes lieux de randonnée préférés. Bien que je connaisse bien cet endroit, j'ai dû revenir plusieurs fois au lever du soleil jusqu'à ce que je reçoive la lumière parfaite que je voulais.

Que contient votre sac de voyage pour appareil photo?

Avant de partir, je passe toujours assez de temps à vérifier tout mon matériel et à m'assurer que tout est parfaitement opérationnel (capteur propre, capteurs et lentilles exemptes de rayures, ensemble de piles complètement chargées, etc.). J'emballe toujours mon appareil photo principal, un Nikon D800, avec une gamme complète de téléobjectifs (14-24,24-70 et 70-200 f-2,8) qui me donnent beaucoup de flexibilité lorsque je suis dans le champ. J'ai aussi une caméra de recul, qui est un APS Nikon D300. Je ne voyage jamais sans mes filtres de confiance LEE et mon trépied préféré Really Right Stuff.

L’objet non conventionnel que j’emporte toujours avec moi est un bonnet de douche, qui est toujours pratique lorsque vous photographiez dans un lieu humide, pendant les jours neigeux / pluvieux, ou les jours venteux avec du sable. Il est léger et ne prend pas de place, et vous en obtenez toujours de nouveaux gratuitement dans les hôtels.

Astuce Pro

Le meilleur conseil que je puisse donner aux autres photographes est de toujours savoir à l'avance ce que vous allez photographier. Personnellement, j'utilise beaucoup Google Maps et The Photographer Ephemeris pour planifier quoi et quand photographier. Qu'il s'agisse d'un voyage sur la route ou d'un vol en hélicoptère, tout est toujours planifié à l'avance. Dans le cas de prises de vues aériennes, je m'assure toujours de parler au pilote quelques jours avant le vol afin qu'il puisse planifier le vol en conséquence.

Image de Richard Cavalleri

Où trouvez-vous l'inspiration pour votre photographie?

Je trouve l'inspiration pour mes photographies dans les magazines, sur les médias sociaux (principalement Instagram) et par le biais des photographes que je suis. Mais lorsque je me rends dans un nouvel endroit, et une fois que j’ai planifié l’emplacement que je veux photographier, j’essaie d’éviter de regarder trop de photos de cet endroit. Une fois sur place, je trouve ma propre inspiration.

Choisissez le bon moment. Choisissez le bon équipement. Choisissez le bon réglage de la caméra

Image de Jakob Fischer. Gear: Nikon D610 fixé à un objectif Nikon 20mm / 1.8. Réglages: Longueur focale 20 mm, exposition 3 secondes, f8, ISO 100.

Quelle est l’histoire derrière cette photo?

La mosquée Sheikh Lotfollah, à Ispahan, en Iran, possède l’un des plus beaux plafonds du monde. Je me suis concentré sur la prise de vue d’une photo d’un point de vue inhabituel. L'iwan de couleur bleue avec le complexe muqarnas à côté du plafond doré offre un contraste agréable. La perspective choisie donne à l'iwan un aspect plus grand et plus haut qu'il ne l'est réellement. J'ai visité la mosquée au début de l'après-midi, lorsque la luminosité intérieure était équilibrée et que peu de personnes s'y rendaient.

Que contient votre sac de voyage pour appareil photo?

Mon appareil photo préféré est le Nikon D750 associé à un zoom standard. Je voyage avec deux appareils photo numériques (Nikon D750 et Nikon D610) et Nikon 24-120 / 4 ou 24-70 / 2.8, 70-200 / 4, 50 / 1.8. Si j'ai planifié des séances d'architecture ou d'astronomie, je prends un Nikon supplémentaire 14-24 / 2.8 ou 20 / 1.8 ou Sigma 8 / 2.8. Je porte un trépied en carbone Sirui N-2204 avec rotule K-20x, une télécommande infrarouge, 2 piles de rechange, un lecteur de carte SD et SD de 16 Go, un filtre ND 1000, un filtre Pol HD et un objectif de protection HD sur tous les objectifs, un Macbook 12 pouces avec Adobe Lightroom, un disque dur de 1 To, du matériel de nettoyage d’objectif et un sac de photos Jack Wolfskin ACS Pro.

J’emporte également du ruban adhésif, une torche ou une lampe frontale, un mousqueton, un couteau suisse et un petit kit médical lorsque je voyage à l’extérieur, car je suis médecin.

Astuce Pro

Si vous êtes passionné de photographie de voyage, vous devez préparer votre voyage à l'avance. Vous pouvez obtenir de bons coups par hasard, mais la plupart du temps, tout est une question de planification. Faites une liste de prises de vues, choisissez la bonne saison de l'année, renseignez-vous sur l'orientation du sujet et décidez si vous souhaitez faire des séances le matin ou l'après-midi, essayez d'éviter les constructions sur le site et recherchez les festivals et les événements.

Avant de commencer, essayez d’imaginer à quoi pourrait ressembler l’image et suivez les étapes ci-dessous: Choisissez le bon moment. Choisissez le bon équipement. Choisissez le bon réglage de la caméra.

Image de Jakob Fischer

Prévoyez suffisamment de temps pour le tournage, car les conditions météorologiques peuvent changer. Si vous photographiez tôt le matin, veillez à vous y rendre environ 30 minutes avant le lever du soleil. Évitez les fortes chaleurs de midi et essayez de terminer votre travail le matin et l'après-midi.

Si des personnes font partie de votre séance photo, je vous recommande de leur demander d’abord d’obtenir la permission et d’éviter les images sournoises. Vous serez récompensé par des images de qualité supérieure.

Où trouvez-vous l'inspiration pour votre photographie?

Je peux vivement recommander le guide de la photographie de voyage de Lonely Planet de Richard I’Anson. J'utilise principalement les médias et les sites Web de photographie comme source d'inspiration lorsque j'ai déjà choisi la destination. Cela me permet d’être mieux préparé et d’avoir une bonne vue d’ensemble des sites.

À la note: Avant le voyage, savoir où il est interdit de prendre des photos.

Certains pour moi, d'autres pour vous

Si vous voyagez dans un pays lointain, ou même dans le pays voisin, il est possible que vous ayez un intérêt pour le sujet du voyage. Que ce soit la France, le Serengeti ou le Hackensack, vous avez envie de partir. Maintenant, ne pensez-vous pas que votre compagnon de voyage voudrait une photo pour se souvenir du voyage?

Comme pour la définition des attentes, vous devez demander à votre compagnon s’il souhaite être photographié. Même si vous êtes marié depuis 40 ans, ce serait toujours une bonne idée de demander.

Lorsque vous voyagez, cherchez des sujets qui les intéressent et prenez le temps de les photographier, pas seulement les vôtres. Sinon, prenez des sujets que vous aimez, mais n'oubliez pas de mélanger ceux qu'ils aimeront aussi.

Mini simulation

L'étape suivante consiste à faire une excursion d'une journée dans un lieu situé à environ 1-2 heures de route. Dans mon cas, je connais tous les parcs nationaux et provinciaux autour de Montréal et la plupart d’entre eux sont des destinations idéales pour de courts voyages de photographie.

Ce voyage vous éloignera du confort de votre maison toute la journée et vous permettra de commencer la micro-planification et de tester vos compétences.

Assurez-vous de planifier à l'avance l'endroit à visiter au coucher ou au lever du soleil. Il n’est pas toujours facile de faire les deux au cours d’un court voyage, aussi n’en choisissez qu’un seul et assurez-vous de visiter le meilleur endroit. Utilisez la recherche Google, Google Maps et 500 pixels pour localiser le lieu idéal pour photographier le lever ou le coucher du soleil.

En outre, vous devez choisir le nombre de batteries d’appareil photo à emporter, si vous avez besoin de cartes mémoire de rechange, etc. Si votre voyage implique des randonnées difficiles, il peut également être judicieux de laisser le trépied à la maison.

Ces voyages sont conçus pour que les photographes puissent faire des erreurs et apprendre. À chaque nouveau voyage, vous en apprendrez davantage sur la planification, votre équipement et vos habitudes.

Lorsque vous êtes à l'aise avec les trajets courts, il est temps de passer aux trajets de plusieurs jours.

Le parc national du Mont-Saint-Bruno est à seulement 30 km de Montréal

Vous avez besoin d'un passeport pour visiter d'autres pays!

Celui-ci semble évident, mais au cas où vous vous le demanderiez, vous devrez obtenir un passeport avant de quitter votre pays d'origine. En règle générale, vous ne pouvez pas entrer dans un pays sans passeport et vous pourriez même avoir du mal à rentrer chez vous également. L’obtention d’un passeport prend généralement plusieurs semaines. Si vous n’en possédez pas déjà et si vous planifiez un voyage photo à l’étranger, démarrez le processus bien à l’avance (les passeports accélérés sont disponibles très rapidement, mais moyennant un coût supplémentaire considérable).

Solliciter leurs amis

Je sais que celui-ci semble fou quand vous le lisez la première fois, mais cela a du sens. Laissez-moi expliquer. L'un des inconvénients de voyager avec un photographe, du point de vue d'un non-photographe (expliqué par de nombreux non-photographes), concerne le sujet traité.

Le photographe aime une chose et le non-photographe en aime une autre, les images sont donc déséquilibrées. En remédiant à cette situation, allez un peu plus loin et découvrez ce que les amis de vos proches pourraient aimer voir.

Faire ces choses aidera le non-photographe à se sentir plus impliqué. Vous aurez au moins une petite cause commune et ils feront d'excellents cadeaux à votre retour. Cela transforme votre passe-temps en atout au lieu de ralentir le rythme des voyages.

Personnellement, je n'ai pas essayé cela moi-même avec un autre significatif, mais je l'ai essayé avec mes amis. Je leur demande, via Facebook, s'il y a un sujet qu'ils aimeraient voir lors de mon prochain voyage. Parfois, les réponses sont spécifiques (drapeaux de prière) et parfois plus génériques (ombres). Quoi qu'il en soit, cela m'aide à sortir de ma routine habituelle en voyage et à rechercher quelque chose qui pourrait me manquer.

De retour à la maison, ces images font d’excellents cadeaux économiques avec une touche personnelle. Mieux qu'un aimant de frigo n'importe quel jour de la semaine.

1. Fixer des objectifs

Avant même de regarder votre appareil photo ou de penser aux endroits incroyables que vous visiterez, prenez du recul et regardez à l’intérieur.

Ecrivez exactement pourquoi vous voulez être un photographe de voyage. Est-ce pour que votre photo fasse la couverture de National Geographic? Voyager gratuitement? Visiter des endroits lointains et les documenter en tant que photojournaliste? Ou est-ce simplement parce que vous aimez prendre des photos et voir de nouveaux endroits?

Fixer des objectifs et réfléchir à la raison pour laquelle vous voulez devenir photographe de voyage semble être une étape assez facile à éviter, mais croyez-moi, vous voulez que ces objectifs reviennent en arrière un jour. Lorsque vous avez passé quelques mauvais mois sans travail, lorsque vous êtes plongé dans la boue, parce que vous avez utilisé le terme «obtenir le tir» un peu trop loin… vous voulez vous rappeler pourquoi vous le faites.

Écrire un ensemble d'objectifs réalisables vous donnera également un chemin à suivre. La photographie de voyage n’a pas de véritable carrière, assurez-vous donc de bien définir vos objectifs à court et à long terme.

Voyages de plusieurs jours

C'est ainsi que la vraie photographie de voyage a commencé pour moi.

Montréal est située à environ 5 à 7 heures de route de New York, Boston et Toronto avec les chutes du Niagara. Mes voyages consacrés exclusivement à la photographie ont débuté avec des voyages en voiture de deux ou trois jours vers ces destinations.

Les voyages de plusieurs jours requièrent beaucoup plus de planification, où vous devriez toujours faire vos recherches d'abord, puis planifier tous vos levers, couchers de soleil et tout le reste.

Un autre nouveau défi auquel vous devez faire face lors de ces voyages consiste à comprendre comment traiter les modifications et les sauvegardes.

Je ne vous donne pas de scénario spécifique à suivre car, selon mon expérience, les routines de voyage changent et évoluent constamment.

Par exemple, au début, je faisais toujours quelques retouches de base de mes nouvelles photos à la fin de chaque jour du voyage. À présent, je me concentre uniquement sur la prise de vue et je commence le processus de retouche lorsque je suis rentré chez moi. Mais j'ai toujours la possibilité d'éditer des photos simplement en connectant ma tablette à mon appareil photo à l'aide du Wi-Fi, en saisissant quelques photos, en les modifiant avec Snapseed et en les publiant sur les médias sociaux.

Dans le même temps, ma routine de sauvegarde n'a pas beaucoup changé. À la fin de la journée, je sauvegarde toutes les nouvelles photos sur deux disques durs externes et je veille toujours à les conserver à deux endroits distincts. J'en ai toujours un dans mon sac et le second dans le coffre-fort de l'hôtel ou dans le coffre de ma voiture.

De plus, je ne me presse pas de formater mes cartes mémoire. Je garde des photos sur les cartes jusqu'à ce que je manque d'espace sur chacune d'entre elles et c'est seulement à ce moment-là que je commence à formater.

La beauté des voyages en voiture réside dans le fait que vous n’avez pas besoin d’être trop sélectif quant au matériel que vous apportez. Vous pouvez charger votre coffre avec tout ce que vous possédez et déterminer quelles pièces sont essentielles à votre style de photographie ultérieurement.

New York. Pris lors d'une croisière au coucher du soleil le long de l'East River.

N’oubliez pas de vérifier les conditions de visa et d’entrée.

De nombreux pays offrent un visa à l'arrivée pour les citoyens américains, canadiens et européens, mais certains ne le font pas. Vérifiez donc à l'avance si vous devez obtenir un visa à l'avance (certains pays factureront également des frais d'entrée). J'ai un collègue qui s'est rendu au Brésil sans se rendre compte qu'il devait obtenir un visa avant d'entrer dans le pays. Bien qu'il ait réussi à entrer furtivement, il a failli se faire prendre en sortant. Inutile de dire que ce n'est pas la façon de faire les choses! Vérifiez les conditions d'entrée bien avant votre voyage. Le Département d’État américain est un bon point de départ car il conserve des informations détaillées sur l’emplacement des ambassades et des bureaux consulaires des États-Unis à l’étranger, les obligations de visa, les informations sur la criminalité et la sécurité, les exigences et recommandations en matière de santé et de médecine, les points chauds dangereux, etc. .

En outre, si vous êtes un photographe professionnel à temps partiel ou à temps partiel, vous devrez peut-être obtenir un visa de travail avant d'entrer dans un pays étranger. En règle générale, ce n'est pas le cas si vous êtes simplement un pigiste, mais si vous voyagez pour mener une tournée de photos ou pour un travail, un visa de travail pourrait être nécessaire. Malheureusement, très peu de pays ont des exigences claires en matière de visas de travail. Si vous ne trouvez pas les informations nécessaires en ligne, le mieux est de contacter l’ambassade du pays que vous visitez et d’espérer une réponse.

Prenez ces conditions d'entrée au sérieux! La dernière chose que vous voulez, c’est gâcher votre voyage photographique par un refus d’entrée.

Conclusion

Je ne peux parler que de mon expérience et j’espère que ces conseils vous aideront à trouver d’autres idées lors de la planification d’un voyage dans lequel vous voudriez prendre des photos, beaucoup de photos, mais ce n’est pas un voyage photographique auquel participe quelqu'un d’autre.

Utilisez-vous des stratégies lorsque vous voyagez avec un non-photographe pour vous aider à capturer des photos extraordinaires? S'il vous plaît laissez-nous un commentaire ci-dessous.

2. Apprendre la photographie

Cette étape peut donc sembler évidente, mais vous serez surpris du nombre de personnes qui ne le prennent pas au sérieux. Si vous êtes vraiment passionné par le secteur de la photographie de voyage et que vous devenez un photographe de voyage à temps plein, vous devez connaître parfaitement votre appareil photo.

Avoir 500 personnes "aimant" votre photo sur Instagram ne la coupe pas dans le monde des médias et publie si cette photo n’imprime pas nette au-delà de 1000 pixels de large.

Connaître les bons réglages, les normes de qualité d'image et avoir l'œil pour voir et capturer le monde de façon créative vous placera en tête du peloton.

Je ne crois pas beaucoup en une éducation formelle pour une compétence créative (différente pour tout le monde!), Mais si vous préférez apprendre avec des livres, il existe un certain nombre de cours en ligne qui vous aideront.

Une autre façon d’apprendre à photographier est de sortir votre appareil photo et de l’utiliser jusqu’à ce que vous sachiez comment il fonctionne dans diverses conditions d’éclairage, de paysages, à l’intérieur, à l’extérieur, à l’envers, sous l’eau, en levant les yeux. Vous avez probablement ma dérive ici.

En tant que photographe de voyage, il est essentiel de savoir utiliser votre appareil photo pour réussir, car il s'agit le plus souvent de clichés impulsifs qui génèrent la marchandise. Si vous pouvez vous adapter rapidement à l'environnement et savoir quels paramètres modifier en une fraction de seconde afin de capturer un moment, vous avez un très bon coup à devenir photographe professionnel.

Entraînez-vous à prendre des photos d'amis, d'animaux de compagnie, de votre environnement local, essentiellement de tout et de n'importe quoi afin d'élargir vos connaissances en photographie. J'ai mis quelques défis ici pour vous aider à démarrer.

J'organise régulièrement des tournées de photo et des ateliers dans le monde entier. Pour rester informé des tours photo près de chez vous, inscrivez-vous à ma newsletter ici.

Sinon, jetez un coup d’œil à mon ‘Ateliers + tournées de photos page d'informations sur mes événements à venir et mes retraites de création.

Ne pas oublier de vérifier les exigences médicales et de vaccination.

Certains pays exigent des vaccins spécifiques pour les personnes cherchant à entrer. Et de nombreux pays recommandent (sans toutefois exiger) certaines vaccinations et / ou médicaments prophylactiques contre des maladies pouvant être courantes (comme le paludisme). Le site Web du Département d’État des États-Unis mentionné ci-dessus est un bon point de départ. Consultez une clinique de voyage bien avant votre départ si vous vous rendez dans une zone de préoccupation, car certaines vaccinations ont besoin de temps pour commencer à fonctionner correctement. L'une des exigences les plus courantes en matière de vaccination concerne la fièvre jaune. Si vous prévoyez de nombreux voyages, songez à vous faire vacciner pour éviter les tracas possibles. Je porte toujours mon certificat international de vaccination, qui répertorie mes vaccinations, au cas où j'en aurais besoin lors de mes voyages.

Plus généralement, vérifiez s'il est sûr de boire l'eau locale ou non (ou faites preuve de prudence et buvez toujours de l'eau embouteillée). De plus, je voyage toujours avec un sac rempli de médicaments contre le rhume, la grippe et la diarrhée du voyageur. Ainsi, si j’attrape quelque chose, je peux au moins atténuer quelque peu les symptômes. Un autre élément utile que vous devriez considérer: une bonne trousse de premiers soins.

Pirater des vacances en famille

La prochaine étape consiste à pirater vos vacances en famille.

Vous devez faire attention à celui-ci afin de ne pas agiter vos proches ni gâcher leurs vacances.

Un voyage en famille peut être l’occasion idéale pour tester vos routines de transport aérien. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer les indemnités de portage à chaque étape de votre voyage et décider du matériel à apporter.

Après avoir apporté tout mon équipement lors de l'un de mes premiers voyages en famille à Cuba et ne l'utilisant presque plus, j'ai commencé à faire mes valises différemment en apportant uniquement le nécessaire. De plus, après être passé du reflex numérique au miroir sans miroir, je peux tout emporter (ou presque) dans mon bagage à main sans me soucier de la perte de bagages.

Cuba. Lever du soleil à la plage de Cayo Coco.

Alors, comment commencez-vous à planifier?

Commencez par planifier vos vacances comme d'habitude et concentrez-vous d'abord sur les activités familiales. Lorsque cela est fait et que tout le monde est heureux, vous pouvez enrichir votre voyage en aventures photographiques.

Pendant les vacances, le seul moment où vous pouvez être dédié à 100% à votre photographie, c'est quand tout le monde dort. Chaque jour de vacances, vous aurez quelques heures entre le lever du soleil et le petit-déjeuner pour vous concentrer sur vos photos. Et non seulement votre famille sera au lit à 5 heures du matin, mais environ 99,9% des touristes également.

En fait, vous seriez surpris de voir à quel point Venise est belle au lever du soleil - elle est complètement différente et calme sans le chaos des foules.

L'année dernière, ma femme et moi sommes allés à Niagara Falls au milieu de l'été pour une escapade d'un week-end. Il y avait tellement de monde pendant la journée que je n'avais aucune chance d'utiliser un trépied. Il était même difficile de prendre des photos sans avoir des gens dans le cadre. Mais, quand je suis allé aux chutes le lendemain matin, juste avant le lever du soleil, j'avais toute la place pour moi. La seule personne que j'ai rencontrée là-bas était un autre photographe qui avait la même idée.

Pour combiner avec succès des vacances en famille avec la photographie et en profiter, il est essentiel de planifier chaque lever de soleil à l’avance. Le reste de la journée sera consacré aux activités familiales et il est beaucoup plus difficile de planifier. Vous pouvez profiter de votre famille tout en essayant d'être aussi opportuniste que possible avec vos photographies.

Après avoir effectué des dizaines de voyages locaux d'une journée, une demi-douzaine de courts trajets en voiture et au moins deux ou trois vacances en famille, vous serez prêt à partir pour de vastes voyages exclusivement consacrés à la photographie.

Vous aurez acquis les compétences nécessaires et mis en place des routines personnelles qui vous aideront à être à l'aise, confiant et en sécurité pendant vos voyages.

Conseils de photographie de voyage -

Développer un style cohérent Une fois que vous avez maîtrisé votre appareil photo, vous devez acquérir des compétences en montage pour donner à vos images un avantage professionnel. Des programmes comme Adobe Lightroom et Adobe Photoshop (inscrivez-vous pour un essai ici) font des merveilles en donnant un peu de punch à vos images. Vous pouvez télécharger ma collection personnelle de préréglages ici qui vous permet d’effectuer des modifications rapides en appuyant simplement sur un bouton.

Je suis toujours en train d’apprendre 12 ans après mon premier concert de photographie de voyage professionnelle et c’est une partie du plaisir! Rester désireux d’apprendre signifie que la photographie ne sera jamais ennuyeuse!

Soyez prudent avec les déclarations en douane.

Dans la plupart des pays, vous n’avez pas besoin de déclarer votre équipement de photographie personnel dès votre entrée. Je dis «ne pas» entre guillemets parce que les exigences en matière de déclaration sont rarement claires (les formulaires de douane sont généralement vagues et pas toujours en anglais cohérent) et varient d’un pays à l’autre. En général, je ne déclare pas mon matériel de photographie, mais en cas de doute, déclarez ce que vous avez ou au moins, demandez à un agent des douanes avant de remettre une déclaration en douane signée. Un agent des douanes m'avait arrêté une fois au Pérou et m'avait dit que j'étais censé déclarer mes objectifs d'appareil photo. Je suis presque sûr qu'il avait tort. Il m'a finalement laissé passer avec un avertissement poli, mais pendant quelques instants, j'étais inquiet, j'allais faire face à une lourde amende pour ne pas avoir déclaré mon équipement.

Vous pourriez également avoir des problèmes pour rentrer aux États-Unis après un voyage à l'étranger avec un équipement photo, car il est possible que les agents des douanes pensent que vous avez acheté l'équipement à l'étranger, et donc soumis à une taxe douanière. Si le matériel est manifestement utilisé et endommagé un peu, vous ne devriez pas rencontrer de problèmes, mais si vous avez récemment acheté du matériel avec vous, vous munir d’un reçu pourrait être une bonne idée de prouver que vous n’avez pas acheté le produit pendant votre voyage.

Les photographes voyageant avec beaucoup d’équipement peuvent prendre en compte certains documents de douane avant de quitter leur pays d’origine afin de ne pas se faire harceler à l’étranger ou à leur retour. Aux États-Unis, l’une des options est appelée «certificat d’enregistrement des effets personnels à l’étranger» (formulaire CBP 4457), mais cela ne fera que faciliter votre retour aux États-Unis. Another option is to obtain what is known as a “Carnet” for your photo gear, which is an international customs and temporary export-import document that facilitates the movement of certain goods across borders and provides protection from import duties both home and abroad. For most photographers, these are cumbersome and perhaps unnecessary steps, but if you want to avoid the risk of being fined or taxed when traveling with expensive photo equipment, both are worth considering.

3. Create a Niche Style as a Travel Photographer

With the world of social media creating a never ending sea of content, standing out as a travel photographer is essential.

It’s not about risking your life in order to be the only one doing it, it’s about creating a consistent quality within your portfolio.

You want people to see a shot and say ‘I know who photographed that’, or at the very least to view your portfolio be wowed by your unique perspective of the world.

Creating a niche style is about developing a vision that portrays your view of the surroundings. Some people specialise in drone aerials, others underwater photography or travel portraits. Whatever your niche is, stick with it and find a way to stand out within the arena.

Putting together a list of things your interested in, then brainstorming a way to creatively capture them will kick things off. You’ll soon notice the way to capture them might blur together and become very similar, your niche style will then take on a mind of it’s own.

Developing a niche is a matter of trial and error. You want to be passionate about your niche and have a real desire to continue with it. The more effort you put into creating, the more results you’ll see appearing professionally.

Research photography rights in foreign countries.

Remember, individual freedoms and rights vary from country to country. While most democracies around the world protect photography as a free speech/expression right, some countries frown upon people walking around taking pictures—or forbid photography in certain places altogether. Do some research first to make sure you’re not going to attract unwanted negative attention while photographing.

4. Build a Portfolio

I’ve read before that it takes at least 10,000 photos before you can really start to call yourself a photographer. I don’t agree.

Building a professional portfolio is about compiling a collection of your best work, whether that was your first shot or 6,428th shot.

A portfolio is your go to link for sharing your work. You want it to highlight what you do and how good you do it.

It can be in the form of a PDF booklet that’s ready to email clients or publishers, an online gallery or you can use sites like Flickr or 500px.com

A few tips on creating a great portfolio:
– Keep a folder of your best shots and curate regularly
– Be your own worst critic
– Sort images based on destination, colour or style

Having a folder of your best shots for each destination will allow you to quickly access them when you need to grab them for a client.

Personally I have a PDF booklet that contains just 20 of my best shots that I believe represents my style of photography. I find it’s quick for people to browse through and it gives them a good feel for what I shoot and what the results can be if we were to work together.

Online portfolios are also great as they can be nice and easy to link to in forums, social media and emails giving people fast access to your work. Just be sure to curate your online portfolio as much as possible, quality over quantity!

No matter how much we’d like to believe people get stuck spending hours gazing in awe through our portfolio, the reality is it takes a few seconds for someone to make a judgement. Make those few seconds count and wow them from the beginning.

Oh and don’t forget a logo.

Having an identifiable logo will help visitors to your portfolio relate with your work whenever that see the logo. Have you seen professional photographers sign the bottom of their printed images? Well to me that’s the perfect logo for a photographer and there’s a website that provides you with exactly that.

Photologo is a service that creates handwritten logos for photographers, meaning if your handwriting isn’t super fancy and calligraphic (is that a word!?), they’ll do the hard work for you and provide you with a set of files to use throughout your portfolio or to print on images!

You’ll find a gallery of sample logos on their website – Photologo

Always smile!

If you have any problems with foreign officials when traveling, it is best to stay friendly and play dumb. Smiling while acting confused can do wonders for you, and is certainly better than acting outraged and angry. Whatever you do, don’t lie to customs or immigration officials. Of course, being honest doesn’t preclude you from being vague, I keep my responses succinct and don’t volunteer anything that hasn’t been specifically asked for, and if a broader answer will suffice, I use it. For example, when asked my purpose for entering a foreign country, I might say “tourism” rather than “I’m here to take photographs”—both are true, but one answer reveals less than the other and might help me avoid further screening. Just be careful: you can be denied entry, fined, or even imprisoned, so don’t mess around!

5. Creating a Website or Blog

Separate to having a portfolio, publishing your own content on a website or blog is a fantastic way to showcase your abilities.

By creating your own space online you can publish your content in the way you want it to be seen. Fancy becoming a photojournalist? Publish articles in that style on your own site!Having a collection of published articles, whether they are self published or not, is a great way to show editors and clients what you are capable of.

Even if you can’t write and only want to be a travel photographer, put together a photo feature article showcasing a particular destination or experience. Keep the words to a minimum and all eyes will be focused on your images.

With your own blog or website you have the ability to promote your unique photography style and perspectives to anyone, anywhere in the world. Tools like Google Analytics allow you to see who is checking out your site and where, giving you a great insight into how your photography is getting seen and what the most popular content is on your site!

To create your own website it’s simply a matter of registering a domain name, finding a host, signing up to a free site such as WordPress.org, deciding on a template and uploading your work. It sounds like a lot but you can get it going within a few hours.

Not a huge fan of fiddly code and want to create your portfolio NOW? Websites like Wix.com actually do all the hard work for you and all you’ve got to do is supply the photos and select a layout style. I created my personal portfolio site using the Wix Premium plan which helps you obtain a domain name and they’re serves look after your site so you don’t have to pay and look after numerous subscriptions, it’s all in one. You can create a site with any layout style you like and Wix also has easy to use SEO, eCommerce and Blogging help so your site will be gracing the pages of Google in no time.

The sites I use and recommend are listed below if you’re keen to get started quickly –

If you’re interested in creating a travel blog to showcase your travel photography The Blogger Course is the best thing you can invest in! It’s a 12 week course sharing all the secrets to making money and finding an audience created by Monica of The Travel Hack. I’ve also contributed a weeks lesson on Advanced Photography. Sign up and you’ll also get access to a secret Facebook Group that’s invaluable for sharing advice and getting feedback.

All-in-One Web Design – Wix.com

Domain Registration – Crazy Domains (look for .com domains to rank better)
Web Host – Bluehost (hosting from $3.95 per month)
Wordpress Templates – Themeforest (look for themes with changeable features)

Get some ZZZZZs.

Nothing cures jetlag and travel fatigue better than getting a good night of sleep. That’s why I always bring earplugs (some people prefer noise canceling headphones) and a sleeping mask to help me sleep even in noisy and bright places (both can also be helpful if you have a roommate while traveling who snores or has unusual nighttime habits). Sleeping on redeye flights can be a nightmare, so I always carry a travel pillow to make the experience (marginally) more comfortable. I also bring melatonin chewables, which naturally supplement the body’s own melatonin production (darkness causes the body to produce more melatonin, which helps induce sleepiness) and help promote a regular sleep cycle when changing time zones.

6. Finding Clients as a Travel Photographer

Once you’ve developed your photographic skills to the point where you believe it will benefit clients, it’s time to begin the approach.

Most travel photographers work on a freelance basis meaning they’ll have a variety of clients ranging from print media and stock libraries to local tour operators and businesses. There really is no limit to who your client can be because everyone needs images for visual marketing!

Think of all the hotel photos you browse through when choosing somewhere to stay. Someone has to take them and most of the time hotels are looking to update their image library, the same goes for tour operators and local tourism boards.

Approaching a new client can be a lot easier if you happen to be visiting that region, or if it’s where you are based. Start local and contact businesses who you regularly use or that have less than desirable images on their website…put together a proposal and they’ll more than likely say yes if it benefits them! If they’re just starting out on social media you can offer to create a library of social media images they can use over a 3-6month period to generate interest in their product/region.

Once you’ve got a client, be sure to over deliver and get creative in finding ways you can work together on an ongoing basis.

Travel Photography Stock Libraries

One way to generate a regular income as a photographer is via stock libraries. To be straight up, not all stock libraries will benefit you and are worth your time. Some pay out a teeny tiny 10cents per sale however others follow industry standards with professional pricing guidelines.

As an approved photographer on stock libraries, you can possibly get access to client briefs where you can submit your work direct to the client, meaning they’ll consider you for the project and see your profile. Otherwise there’s usually a marketplace type system for you to upload your images and have them added to collections based on themes, destinations and seasons.

Tandem Stock is a great rights managed option, meaning you’ll typically get a higher value per image sale. Micro stock is more for generic images of beaches, nature etc that sell for small amounts but overtime you can make some money on the side.

Some stock libraries to check out include Getty Images, Shutterstock, Alamy and istockphoto, I haven’t had any person experience with these so can’t offer too much judgement on these.

7. Getting Published as a Travel Photographer

Now lets talk about the fun stuff. The part where you call your family and tell them to rush to the newsagent and buy every copy of the magazine because your photo is inside!

Having your photography published is one of the biggest achievements as a professional travel photographer. I think it’s a key sign that firstly, your work is worthy of publishing and secondly that you are being seen as a working professional.

Getting published isn’t actually as daunting or elusive as it sounds. It can be a matter of contacting an editor with a great story idea, self-publishing on sites like BoredPanda.com and having editors contact you to republish the article or you might find gigs on sites like freelancer.com.

Ever since I started out as a journalist 12years ago (yikes, old!), I dreamt of having my images published in Lonely Planet guidebooks. That was my goal and I was pretty narrow minded about it.
I was so focused that I entered every competition, submitted author applications, photographer applications and compiled folders of my Lonely Planetesque images ready just incase they called me one day. Just to note, social media wasn’t around then…now you can totally just tag them or use a hashtag to get noticed, ha!

It took one competition entry to change my life one year after starting out as a journalist, a series of my photographs from Marrakech were published on lonelyplanet.com and the rest as they say is history. If I can do it, anyone can!

To start out, put together a list of the publications you want your work in. Take a note of the style of photography they publish, the amount of images per editorial and even go as far as checking out the photographers who get published in those magazines.

Most photographers who are published in travel magazines are regulars, they will have built up a reputation with the editor or a journalist and are someone they can call on for great shots. You want to be one of those people they call!

Contacting editors via email can be the best way to have your work seen. Be sure to know the publication before you approach them, and then send through an email with a story/photo feature idea that you believe will fit their publication perfectly. Make sure your pitch is relevant, straight to the point and time sensitive, most print publications will have issues ready months in advance so it’s worth checking their advertising cut-off dates in order to work out what type of content they’ll be after at what time of year. Pitching a summer photo feature when they’re working on winter destinations won’t get you very far!

I really can’t stress enough the importance of researching a publication BEFORE contacting them. You don’t want to be seen as unprofessional in your first email, you want to wow them and make them wonder why they’ve never heard of you before.

If you want to build a portfolio of published work before contacting the bigger publications, look at sites like Matador Network that allow you to submit stories or respond to requested articles. Or as noted above, create your own website and self-publish.

8. Build your Social Media Presence as a Travel Photographer

When I first started out in photography and journalism, social media didn’t exist. I know, crazy.

Now though, social media is actually an essential element to becoming a travel photographer and having your work seen.

It can be as simple as creating an Instagram account, sharing your work and tagging a tourism board so they can see what you’ve been photographing in the region. Simple little social media techniques will lead to future work and if you do it right, you might even find the work comes to you.

Social Media Tips:

– Curate your work, don’t publish every single photo ( read my guide to curating your own work here)
– Research destination relevant hashtags (#seeaustralia, #NZMustDo, #TravelFrance, #inspiredbyiceland)
– Tag relevant brands, tourism boards or tour operators
– Focus on building relationships with destinations or brands you want to work with (comment, like and share their content)
– Build your social following by engaging with your audience. Ask questions in the caption, reply to every single comment you receive, follow other photographers!

Social Media Don’ts:

– Don’t obsessively tag brands and tourism boards if your work isn’t up to scratch yet. Wait until your content is professional enough to wow them.
– Don’t ask for freebies if you don’t have an audience to benefit the brand, always think of how you can add value
– Don’t get cocky because people start following, be humble, grateful and professional 🙂

Take a look at my post The Best 6 Social Platforms for Photographers, here you’ll find links to social platforms that work best to showcase your work.

Personally, Instagram and Steller are my favourites because they are all about the visuals and you’ll find a great community of creatives.

9. Master the Art of Self Promotion

This little section may be the most important part of all. It’s something I never realised was necessary when I had dreams of being a travel photographer and I wish someone had told me this so I’m sharing it with you all now…

You need to sell yourself.

I’m not talking about being a sell out, I mean you need to be confident in sharing your work, getting it seen and knowing who to show it to. No one is going to do it for you (unless you pay an agent!), mastering the art of self promotion will shape your career.

By using social media, your website, your portfolio, connections you meet, people you know through your mothers friend’s daughter…being confident to promote your work to anyone you meet is essential.

A little tough love…if you aren’t confident that your work is good, why should anyone else be?

Own it. Be proud of the work you are creating and it will shine through.

Throughout your career you’ll find some people don’t take a liking to your work, and that’s totally fine. Photography is a subjective medium so not everyone is going to love every photo you take and I’m pretty sure you don’t like every photo you see on your Instagram feed either!

Knowing how to sell yourself and your photography portfolio is about finding how YOU can create the best content for a brand. How YOU can photograph the best shot of a hotel room. Whatever job you’re applying for, own your style and be confident in showing the client why they should hire you, try not to compare yourself to others too much.

Side note – I still get those anxious butterflies before a meeting, I still stumble my words when meeting a client for the first time and I still have doubts that maybe my work isn’t good enough.
But masking those doubts has become easier over time and I can now put on a professional outside appearance, even if on the inside I’m shaking like a polaroid picture.

Get Involved!

Because social media is one of the important steps listed above, be sure to share your work using the hashtag #thewanderinglens so I can follow along on your journey! Join The Wandering Lens Facebook Group and share ideas, your work or ask questions amongst like-minded photographers!
You’re welcome to leave a link in the comments section below to share your photography story and include a link to your portfolio…

Pin it ↓

– Please note there are Affiliate Links to my preferred websites/brands/editing programs in the above article. All links are for programs and sites I personally use and recommend!

Bonjour! I’m the founder and photographer behind The Wandering Lens.
With 14+yrs experience as a professional travel and landscape photographer, all advice found on this site is from my personal experience on the road. I hope it’s useful for your own travels and would love to hear in the comments about your trips and experiences around the world.